© 2016 ATTA DEVELOPMENT

 

 

 

Artiste depuis prés de 30 ans, GHASS, comme Alpine, écrit une nouvelle page dans son histoire.

Après le tour du monde par les mers de sa toile "PEACE", l'installation d'une sculpture monumentale à Paris Porte Dauphine pour le rapprochement des peuples, GHASS souhaite désormais transmettre son message de paix à travers l'Alpine A450.

 

 

Son histoire

Les peintures de GHASS sont abstraites mais ordonnées. Des formes géométriques parfois ludiques, gouttes et jets de peinture, numéros griffonnés. Le contenu est malléable, capable d'adhérer à des formes plus strictes ou follement dévoilées. Son travail est une subtile synthèse de l'ordre et du chaos.

 

Né dans l’ancienne capitale de la Perse, l’artiste franco-iranien Ghass avait 15 ans quand la révolution commença. Un an plus tard, le pays s’embrase dans une guerre contre l'Irak, déclenchant un conflit qui allait durer huit ans. Pour un jeune homme, la guerre était inévitable. Ghass passa deux ans sur la ligne de front.

 

En 1989, il quitte l’Iran pour s’installer à Paris où il espère exorciser les images de la guerre qui avaient tant imprégnées sa jeunesse.

 

Malgré de lourds souvenirs, GHASS cherche à maîtriser les aspects sombres de son histoire et les transformer en quelque chose de thérapeutique pour lui-même mais également pour le grand public.
 

 

 

Pendant dix-neuf ans, il limite sa palette à trois couleurs. Le rouge, qui reflète le ciel après un bombardement. Le noir, en mémoire à la nature brûlée. Enfin le blanc, qui réfère à la lumière, symbole de la paix et de l’espoir.

 

En 2010, GHASS décide d'introduire une quatrième couleur, le jaune. La nouvelle couleur qui représente une renaissance est en quelque sorte un hymne à la vie.

 

Au fil du temps, les portraits psychologiques de la guerre ont commencés par être remplacés par des examens tout aussi remarquables de la vie. Les vieilles cicatrices n’ont pas tout à fait disparues, mais elles laissent place à de nouvelles priorités.  L’espoir triomphe.

 

L'art de Ghass dépassent les frontières et reçoit un large écho à travers le monde. Présent dans de grandes collections, suivit de prés par des musées de renom pour une intégration dans leurs collections permanentes, Ghass est également étudié dans certaines universités ou écoles d'art qui le qualifient comme l'un des artistes contemporains majeurs de notre temps.

En 2016, Ghass introduit le bleu en tant que nouvelle couleur et s'illustre pour la première fois à travers l'Alpine A450 by Ghass. En ces temps tumultueux, l'apport du bleu à sa palette est une façon pour lui d'apporter l'oxygène dont le monde à cruellement besoin.

Avant l'Alpine A450 by Ghass
2016//
Exposition au palais de Tokyo pour l'événement "les artistes à la une" organisé par le journal Libération.

Ghass a participé au projet collaboratif et artistique organisé par Libération en décembre dernier au Palais de Tokyo.

 

Une trentaine d’artistes reconnus ont été selectionnés pour revisiter une des nombreuses “unes” emblématiques du journal afin de créer une oeuvre originale.

 

Ces oeuvres ont été cédées gracieusement pour une vente aux enchères organisée en mars 2016 au profit de Reporters sans Frontières.

 

 

FIAC 2015//
Installation de la sculpture monumentale "PEACE BY GHASS" située à Paris Porte Dauphine, première d'une série de 13 sculptures à travers les plus grandes capitales du monde.

Ces treize sculptures, dont la première a élu domicile à l'université Paris-Dauphine (autrefois siège de l'OTAN), seront à la fois semblables et différentes, comme la nature humaine.

 

Elles s'élanceront vers le ciel en forme de cris d'espoir. Elles s'interpelleront par dessus les frontières et les continents, de Séoul à Johannesburg, de New York à Abu Dhabi, pour former une chaîne entre lieux de culture et de savoir, entre universités, musées ou encore fondations, qui viendront symboliquement s'associer à ce réseau d'espérance en la Paix.

Une sélection de ses oeuvres